Vincent Ravalec, président de VR STORY a rencontré Emmanuel Kuster en février au 104 à Paris lors du Salon Virtuality. Voilà ce qu’ils se sont dit…

 

Vincent Ravalec
Tu t’appelles Emmanuel, est-ce que tu peux nous présenter un peu ta société ?

Emmanuel Kuster
La société s’appelle The Fiction Lab. L’idée de The Fiction Lab, c’est d’amener les sciences cognitives dans la fiction et d’essayer d’introduire les mécanismes de fonctionnement du cerveau, la manière dont il réagit face à une fiction.

Vincent Ravalec
Donc effectivement quand tu m’as parlé de ça, j’ai trouvé tout de suite intéressant parce qu’on a fait énormément de progrès dans l’étude du cerveau… et toute l’imagerie cérébrale qui a eu ces dernières années, de ce fait on comprend un peu mieux ces mécanismes et c’est toujours un peu difficile quand on est scénariste, écrivain ou auteur de penser qu’il y a des choses qui sont… le pire fantasme pour un écrivain ou un scénariste c’est d’imaginer qu’il va y avoir un logiciel qui va être capable d’écrire une histoire, aussi bien qu’un écrivain ou un scénariste, en se substituant à tout ce qui fait le charme de l’écriture, c’est-à-dire le style, les choses qui sortent un petit peu de l’ordinaire et en fait quand tu m’as parlé de cette manière de se référer à des paramètres scientifiques, j’ai trouvé au contraire, ça très intéressant parce que je pense qu’il y a des paramètres qui sont incontournables et qu’on ne connaît pas forcément, moi en tant qu’auteur je ne connaît pas forcément, et donc est-ce que tu peux nous en dire, un peu plus là-dessus ?

Emmanuel Kuster
Alors peut-être d’abord parler des sciences cognitives pour les gens qui ne savent pas vraiment ce que c’est… En fait, il faut simplement dire… c’est qu’il y a eu plusieurs révolutions dans la théorie de l’esprit au cours de l’humanité, une des plus récentes étant celle de Freud au début du 20ème siècle. Dans les années 60, avec l’avènement des ordinateurs, on s’est dit est-ce que le cerveau ne serait pas comme un super ordinateur qui traite de l’information. Donc les sciences cognitives, c’est de regarder ce que fait le cerveau comme un flux d’informations qu’il traite et les réactions que le cerveau peut avoir à ce flux d’informations. Et ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui avec tous les progrès que tu as évoqué, grâce aux IRM fonctionnels en particulier, on connaît les limitations de ce cerveau, et on sait par exemple, que sa capacité de traitement de ce flux d’informations, et bien elle est limitée et à peu près la même chez tout le monde… On sait que la mémoire de travail est capable de garder en mémoire, à peu près une minute une information, mais pas plus d’une minute, que cette partie du cerveau est capable de traiter une information à 800 équivalents mots/minute… quand on converse par exemple tous les deux on est à 200 équivalents mots/minute, si on se met à la place d’un spectateur qui regarde un film, on peut dire que le flux d’informations converti en mots/minute c’est 800, c’est le maximum qu’on puisse traiter sans être largué. Et donc ça c’est quelque chose d’important à connaître pour un scénariste, si on arrive et c’est ce qu’on fait chez TFL à traduire ces limitations avec des outils un peu plus faciles à utiliser, et bien on pourra en parler avec ceux qui viennent nous voir avec plaisir.

Vincent Ravalec
Ca c’est passionnant, alors là comme on parle plus spécifiquement de réalité virtuelle, je pense que c’est déjà passionnant en cinéma 2D, en audiovisuel, mais avec la VR d’après ce que j’en ai compris, le fait de porter un casque, le cerveau va décoder les images qu’il voit, non pas comme des images fictives, mais comme des images réelles ou semi-réelles… Et donc ça je pense que dans un futur relativement proche, on pourrait avoir une expertise très intéressante là-dessus.

Emmanuel Kuster
Alors effectivement les gens qui s’intéressent aux sciences cognitives et au divertissement, c’est un petit groupe de chercheurs dans le monde, et effectivement il y a une tendance aujourd’hui à s’intéresser à la réalité virtuelle en particulier. Aujourd’hui on n’a pas de données suffisamment concrètes pour t’apporter des réponses à toutes les questions que tu poses, mais néanmoins il y a des gens qui cherchent sur ce sujet et j’espère que bientôt je pourrais revenir à ce micro et vous expliquer tout ce qu’il faut savoir sur la réalité virtuelle et les sciences cognitives.

Vincent Ravalec
Bon ben génial, on prend date. Je pense que ça va être très intéressant d’une part parce qu’il y a des questions sur la réalité virtuelle, des questions sur comment réagit le cerveau par rapport à des propositions fictionnelles ou émotionnelles et puis il y a aussi des questions beaucoup plus pratiques et tangibles du fait que la réalité virtuelle peut rendre malade à certains moments. Et ça je pense que quand on arrivera à quantifier et à déterminer précisément ce qui rend malade et ce qui ne rend pas malade, ce qui pour l’instant est encore un peu flou, ça va déjà faire gagner un cran supplémentaire.

Emmanuel Kuster
Une petite phrase de conclusion sur ce que les sciences cognitives nous apportent sur la compréhension du mal de mer parce qu’on est un peu dans le mal de mer…

Vincent Ravalec
Tout à fait…

Emmanuel Kuster
Le mal de mer est lié au fait que quand la mer bouge, ce qu’on voit est discordant avec ce que l’oreille interne transmet comme information, c’est ça qui vous donne le mal de mer… Et pourquoi ça fait vomir ? La réponse est que de manière très animale, les seules situations où ce décalage se produit, cette discongruence se produit, c’est quand on a été empoisonné. Donc réflexe instinctif, si vous avez été empoisonné, ben vous recrachez immédiatement ce que vous avez à la gorge.

Vincent Ravalec
Donc, grâce à cette méthode on pourra faire des films en réalité virtuelle, on n’aura pas l’impression d’être empoisonné c’est cool. Bon ben à la prochaine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s