Vincent, le président de VR STORY, a posé quelques questions à Stéphane Dufossé. Cet ingénieur acousticien dirige Augmented Acoustics la start-up qui a inventé SUPRALIVE, un boitier HD très étonnant.

  • Vincent Ravalec
    Bonjour Stéphane, est-ce que tu peux te présenter et présenter ta société…
  • Stéphane Dufossé
    Je m’appelle Stéphane Dufossé, je suis ici aujourd’hui pour Augmented Acoustics, une société qui permet à quiconque dans un concert de pouvoir prendre la main sur le son de son concert.
  • Vincent Ravalec
    Donc on va voir un concert, on a un téléphone portable et un petit boitier et grâce à ce petit boitier, le téléphone portable est capable en fait de refaire ce que fait un ingénieur du son d’habitude c’est-à-dire un mixage ?
  • Stéphane Dufossé
    En fait ce qu’on fait c’est qu’on récupère le multipiste en sortie de la console de l’ingénieur du son justement, le boitier récupère ce multipiste en HD, et ensuite le smartphone sert à piloter le boitier. On branche un casque sur le boitier et on accède à ce son multipiste sur lequel on peut régler le volume, on peut égaliser et donc, cerise sur le gâteau, jouer un peu à l’ingénieur du son puisqu’on peut mettre plus fort le guitariste si on est fan de guitare ou du guitariste… ou alors isoler le chanteur, parce qu’on a envie de s’immerger complètement dans le love-artistic
  • Vincent Ravalec
    Ca veut dire qu’on entend un double concert ?
  • Stéphane Dufossé
    On a un partenariat avec Bose qui nous apporte toute la technologie de réduction du bruit, donc qui atténue le son ambiant du concert et nous on renvoie le son de la sortie console en HD. Pourquoi il y a un boitier notamment ? Parce qu’on a un système qui recale le son qu’on entend dans les oreilles et le son que l’on ressent physiquement, ce qui fait qu’on se situe un peu comme avec des lunettes : on est en train de regarder un concert, on est en train de l’écouter et hop en mettant les oreillettes tout d’un coup on a le son sorti de console en HD, comme si on était à côté des musiciens.

 

  • Capture d'écran 2017-03-08 10.46.16.png

 

  • Vincent Ravalec
    Chaque spectateur, chaque utilisateur du procédé va vraiment pouvoir reconstruire sa propre sphère sonore. Quel recul on a sur cette utilisation ?
  • Stéphane Dufossé
    Aujourd’hui le premier usage c’est un usage pour pouvoir personnaliser son expérience sonore pour différents types de raison : soit parce que le son n’est pas extraordinaire ce qui arrive régulièrement en concert, soit parce qu’on est sensible à des niveaux sonores trop élevés donc on peut régler son volume, soit parce qu’on a des difficultés d’audition donc nous on va mettre en place des systèmes pour calibrer son son, soit parce qu’on est exigeant en terme de rendu ou un fan ou un mélomane technophile et on a envie de mieux s’immerger dans le love-artistic. Ca a aussi un côté pédagogique pour comprendre comment est construit un morceau… et globalement on s’inscrit dans toute cette mouvance VR qui est de pouvoir s’immerger dans l’œuvre, et comme nous on est sur du multipiste, on va travailler à intégrer des algorithmes de localisation des sources sonores autour de la tête. On pourra dans un concert mais aussi hors du concert pouvoir être complètement immergé et l’artiste pourra aussi jouer avec cette immersion à partir de notre technologie.
  • Vincent Ravalec
    C’est ça qui nous intéresse tout particulièrement parce que nous dans la narration VR, on a besoin de jouer énormément avec le son et donc de le spatialiser. Et donc il y a deux parties, il y a d’une part la spatialisation du son direct c’est-à-dire qu’on va faire un sound design spécifique spatialisé. Il y a aussi le fait d’utiliser des morceaux de musique qui sont déjà existants et qu’on va vouloir spatialiser ça peut être intéressants. Or les sons ne sont pas spatialisés, si on récupère par exemple un morceau basique pour s’en servir, est-ce qu’il y a une possibilité par exemple de refaire un mix spatialisé à partir d’un morceau facilement ?
  • Stéphane Dufossé
    Si on a le multipiste oui, si on ne l’a pas c’est plus compliqué
  • Vincent Ravalec
    D’accord. Mais alors comment le logiciel peut être intéressant pour reconstruire un son spatialisé dans une sphère 360 ?
  • Stéphane Dufossé
    La possibilité de faire un traitement spécifique de spatialisation sur chacune des pistes. Le logiciel offre cette capacité-là. Après c’est une création artistique à faire par l’ingénieur du son, mais le système a intrinsèquement cette possibilité-là.
  • Vincent Ravalec
    Là je pense à des gens qui ne sont pas forcément techniciens, qui ne sont pas des super ingénieurs du son… c’est quelque chose qui est facile d’accès ?
  • Stéphane Dufossé
    La version actuelle pour l’accès au multipiste est facile d’accès. On a des discussions aussi avec l’IRCAM pour intégrer le logiciel SPAT*  qui est un logiciel au départ professionnel vers le grand public… Typiquement on peut imaginer que la personne s’amuse avec son smartphone pour se localiser dans un espace et avoir des effets associés… Tout ça c’est un travail d’ergonomie. En fait, à terme nous on est capable pour l’utilisation VR, de donner des outils avec une ergonomie simple, mais des outils super puissants qui sont aujourd’hui utilisés essentiellement par les professionnels
  • Vincent Ravalec
    C’est formidable. Très bien. Merci pour cette intervention, on va suivre ça de près.

* plug-in de spatialisation

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s